Logo-text

Le Bénin offre à l’Arabie Saoudite des possibilités d’investissements agricoles

The Saudi Gazette | 27 avril 2010

Patrice Awanou, Secrétaire Général de Synergie Paysanne, à une conférence de presse tenue à Cotonou, le 26 avril 2010, pour dénoncer l'accaparement des terres agricoles au Bénin.

par Joe Avancena

DAMMAM – Le Bénin, l’une des démocraties africaines les plus stables, offre à l’Arabie Saoudite des possibilités d’investissement dans divers domaines agricoles, comme le riz, le coton, l’huile végétale et la production d’oléagineux. C’est ce qu’a déclaré lundi une délégation commerciale béninoise qui a rencontré des hommes d’affaires saoudiens à la Chambre de commerce et d’industrie d’Ash Sharqiyah.

« Notre pays est riche en ressources agricoles qui pourraient assurer la sécurité alimentaire de l’Arabie Saoudite », a affirmé Akinde René Robert, chef de la délégation. Avec 200 000 tonnes de coton exportées vers le royaume saoudien en 2009, le Bénin est l’une des principales sources pour ce marché.

En 2008, les Saoudiens ont importé près de 300 millions de riyals de coton. Les produits à base de coton représentent 90 % du total des exportations de produits agricoles béninoises.

Selon M. Robert, « le Bénin peut être considéré comme un endroit parfaitement adapté à la mise en place de projets agricoles dans lesquels des entreprises des deux pays pourraient collaborer. »

M. Robert a expliqué qu’une mission est actuellement en visite au Royaume saoudien dans le but de présenter des projets d’investissements au Bénin, en plus des projets agricoles : par exemple dans les secteurs du bâtiment, des transports, des télécommunications et dans les activités portuaires.

« Nous voulons élargir nos relations économiques avec le Royaume, et les liens diplomatiques qui durent entre nos deux pays depuis huit ans ont été très importants et fructueux, » a rappelé Daouda Wabi, ambassadeur du Bénin en Arabie Saoudite.

D’après M.Wabi, l’Arabie Saoudite n’a pas encore investi de façon significative au Bénin.

« La présence de quelque 1 000 étudiants béninois dans plusieurs universités saoudiennes où ils suivent des cours d’études islamiques, de médecine, de gestion ou de droit, représente l’un des liens importants que nous avons réussi à mettre en place », s’est réjoui l’ambassadeur.

Il a rappelé que le gouvernement saoudien a accordé une bourse d’études complète à tous ces étudiants béninois.

Le Bénin, connu autrefois sous le nom de Dahomey, a une société civile solide et une multiplicité de partis politiques. Toutefois, le pays doit encore améliorer son économie, en particulier ses infrastructures. Dans cette nation sévèrement sous-développée, la corruption sévit à tous les niveaux, dans le secteur public comme dans le secteur privé.

Who's involved?

Who's involved?


Languages



Special content



Archives




Latest posts