Logo-text

Bill Gates acquiert pour 13,5 millions de dollars de terres agricoles dans le Dakota du Nord: les habitants sont furieux

Photo : Europa Press/DPA

Epoch Times | 2 juillet 2022

Bill Gates acquiert pour 13,5 millions de dollars de terres agricoles dans le Dakota du Nord: les habitants sont furieux

Par Eva Fu

La vente de plus de 850 ha de terres agricoles dans le Dakota du Nord à une société en lien avec Bill Gates, la quatrième fortune mondiale et le premier propriétaire privé de terres agricoles des États-Unis, n’a pas manqué d’attirer l’attention du procureur général du Dakota.

Red River Trust est une entité basée au Texas œuvrant pour Bill Gates. En novembre, Red River Trust a acquis 13 parcelles de terre près des frontières du Minnesota et du Canada. D’après les autorités du Dakota du Nord, une opération d’une telle ampleur viole peut-être les lois de l’État sur l’agriculture industrielle. Selon la publication agricole régionale AgWeek, ce sont plus de 850 ha de terres dans les comtés de Pembina et de Walsh, dans le Dakota du Nord, qui ont été vendus. Selon les documents obtenus par Epoch Times auprès des deux comtés, Red River Trust a payé un total de 13,5 millions de dollars.

Red River Trust est situé à Lenexa, dans la banlieue de Kansas City et partage la même adresse que deux autres compagnies :
– Cottonwood Ag Management, une filiale de Cascade Investment, une société de gestion d’actifs contrôlée par Gates ;
– et Oak River Farms/Midwest, qui fonctionne discrètement (mais sûrement) pour le compte du milliardaire.

Red River Trust est géré par Peter Headley. Selon son profil LinkedIn, depuis avril 2017, c’est aussi le responsable des investissements agricoles de Cottonwood Ag.

Selon un rapport de recherche publié en janvier dernier, Gates est le premier propriétaire de terres agricoles des États-Unis. Il a acquis plus de 97.933 ha de terres dans 18 États. Ce total représente toujours moins de 1% des terres agricoles du pays.

C’est le groupe Campbell Farms qui a vendu ses terres. Il s’agit d’une société familiale spécialisée dans la culture de pommes de terre. Son siège se situe dans la petite ville de Grafton (4000 habitants), dans le Dakota du Nord. Selon les registres des comtés de Pembina et de Walsh, les trois frères William P. Campbell, Gregory T. Campbell et Thomas S. Campbell ont signé les accords de transfert avec Red River Trust.

Le 21 juin, le procureur général du Dakota du Nord, Drew Wrigley, a envoyé une lettre à Red River Trust, aux soins de Peter Headley. Le groupe doit mettre au clair, annonce la lettre, comment il compte garder ses terres tout en respectant les lois de l’État. De fait, la réglementation (pdf), à quelques exceptions près, interdit aux fiducies et aux sociétés à responsabilité limitée de posséder ou de louer des terres agricoles ou des ranchs. Les sociétés, poursuit la lettre, qui ne respectent pas la réglementation s’exposent à une amende pouvant atteindre les 100.000 dollars.

Le cabinet d’avocats Vogel, qui représente Red River Trust, a pris soin de répondre au bureau du procureur. Red River Trust satisfait aux exigences de la loi de l’État en louant les terres achetées à Campbell Farms, qui maintient ses activités agricoles.

« La famille Campbell a toujours exploité ces terres agricoles des comtés de Pembina et de Walsh, et cette activité s’est poursuivie sous la propriété de Red River Trust », a écrit Matthew Thompson, un avocat du cabinet, dans une lettre datée du 24 juin et obtenue par Epoch Times.

Le bureau du procureur général a clos l’enquête.

Les habitants sont furieux

« J’en ai entendu beaucoup et ce, dans tout l’État, pas juste aux alentours », a‑t‑il déclaré à la chaîne de télévision KFYR‑TV du Dakota du Nord. « Ces gens sont contrariés, mais il y en a d’autres qui sont tout simplement furieux à ce sujet. »

Dans un récent entretien avec les médias, le Proc. gén Wrigley a toutefois dédramatisé la question.

« Je ne sais pas si la situation est aussi explosive que certains la décrive », a‑t‑il déclaré à l’Associated Press. « Le mal est fait, c’est partout sur la planète, mais il ne s’agit pas pour moi de m’en prendre à Bill Gates. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit. »

Son bureau, a‑t‑il précisé, fait de telles enquêtes sur l’agriculture industrielle « de manière systématique ».

« L’objectif est de mettre tout le monde au courant de l’accord de propriété et des intentions de l’entreprise concernant les terres », explique le Proc. gén. Wrigley. « Si cela est conforme à la loi de l’État, l’affaire avance. Dans le cas contraire, ils sont informés qu’ils devront se défaire du terrain. »

<span data-mce-type="bookmark" style="display: inline-block; width: 0px; overflow: hidden; line-height: 0;" class="mce_SELRES_start"></span>

Bill Gates a fait son premier commentaire public sur ses investissements en terres agricoles en mars 2021, lors d’une session Ask Me Anything sur Reddit.

« Pourquoi achetez-vous autant de terres agricoles ? » a questionné un utilisateur de Reddit.

« Mon groupe d’investissement a choisi de le faire. Ce n’est pas lié au climat », a répondu Gates. « Le secteur de l’agriculture est important. Avec des semences plus productives, nous pouvons éviter la déforestation et aider l’Afrique à faire face aux difficultés climatiques auxquelles elle est déjà confrontée. On ne sait pas exactement à quel point les biocarburants peuvent être bon marché, mais s’ils le sont, cela peut résoudre le problème des transports aériens et des émissions des camions. »

Gary Hubbell, courtier immobilier et consultant foncier accrédité chez United Country Ranch Properties dans le Colorado, affirme qu’il voit « beaucoup de ressentiment et de résistance face aux acquisitions [de Gates]. »

« Cela ne veut pas dire que nous n’apprécions pas les personnes qui amassent de grandes propriétés, car cela fait partie intégrante des affaires », affirme Gary Hubbell à NTD (média partenaire d’Epoch Times). « Mais elles (ces personnes) ne font plus partie d’une quelconque communauté, et il semble dans le cas de Bill Gates que ses objectifs soient contraires à bon nombre de pratiques et de traditions établies par des communautés. »

Epoch Times a contacté Peter Headley, Cascade Investment, Cottonwood Management, Campbell Farms et Oak River Farms pour une demande de commentaire.

Who's involved?

Who's involved?


Languages



Special content



Archives




Latest posts