Affaire Daewoo Logistics - « Rien n’est encore décidé… »

TWITTER
FACEBOOK
La Vérité | Mercredi 14 Janvier 2009

Alphonse Maka

Pour couper courts aux rumeurs concernant l’octroi à titre gracieux des terrains de 1,3 million hectares à la société sud coréenne Daewoo Logistics, le ministre de la Réforme foncière, des Domaines et de l’Aménagement du territoire Marius Ratolojanahary a apporté sa version des faits. « Ce projet est encore en phase d’étude », a-t-il déclaré à la presse. « Contrairement aux informations véhiculées par certains organes de presse, a-t-il ajouté, aucune décision n’est encore prise par l’autorité malgache concernant ce projet ». En tout cas, le projet est sur les rails…

La cession de 1,3 million d’hectares de terrains à la firme sud coréenne Daewoo est toujours d’actualité. Hier, à l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux de son département, le ministre de la Réforme foncière, des Domaines et de l’Aménagement du territoire Marius Ratolojanahary a apporté des explications officielles à propos de cette affaire qui, notons-le, a défrayé les chroniques de ces derniers temps. Avec son franc-parler, ce membre du gouvernement a reconnu l’existence de ce projet de la société Daewoo. « Suite à l’appel du gouvernement malgache aux opérateurs étrangers de s’investir dans l’agribusiness, une délégation de la firme sud coréenne a contacté l’Edbm (Economic Development Board of Madagascar) ; un guichet unique pour les investisseurs afin de faciliter l’accès à la propriété foncière des opérateurs et le ministère de la Réforme foncière et des Domaines, vers la moitié de l’année 2008, dans le but de s’enquérir des informations sur les terrains disponibles pour la culture de maïs et du palmier à huile, faute de base de données foncières. Après avoir eu des informations sommaires sur certains terrains, les Sud coréens ont effectué des prospections au niveau des régions. Au total, quatre régions dont le Menabe, le Melaky, la Sava (Sambava, Antalaha, Vohémar et Andapa) et l’Atsinanana ont été retenues pour le projet. Du coup, ils ont déposé des demandes en bonne et due forme auprès des services des domaines. Les autorités régionales ne font que faciliter les tâches de ces opérateurs, car elles n’ont aucune compétence à octroyer des terrains d’une telle superficie », a précisé le ministre.

Dernier mot… au conseil des ministres

Dans la même foulée M. Ratolojanahary d’ajouter qu’ « un Comité interministériel sera constitué pour analyser à fond les dossiers, y compris le volet investissement. On a le devoir d’étudier les dossiers dans l’intérêt de la Nation. Combien cette firme va-t-elle investir à Madagascar ? Quels sont les avantages et les inconvénients de ce projet ? En somme, son business plan sera minutieusement étudié. Sûrement, ces terrains ne seront pas gratuitement cédés à des privés. En tout cas, le dernier mot revient au conseil des ministres. Ainsi, rien n’est décidé à l’heure actuelle ». Une manière de dire que contrairement aux informations véhiculées par certains organes de presse, aucune approbation n’a été délivrée.

Au stade actuel des dossiers, personne n’est encore en mesure de dire qu’il s’agit d’un bail emphytéotique ou d’une cession gratuite de terrain. Le ministre a promis que les terrains appartenant à des particuliers ou ceux qui sont déjà aménagés ne seront pas touchés. En tout cas, selon les dispositions légales en vigueur, les gens ont le droit de faire une opposition auprès des autorités compétentes. Quoi qu’il en soit, le ministre de tutelle n’a ni infirmé ni confirmé la totalité de la superficie demandée par les Sud coréens. A signaler que d’autres opérateurs nationaux et étrangers ont également déposé des demandes d’acquisition de terrains auprès des services des domaines. A quand le Conseil des ministres va se prononcer sur ces dossiers sulfureux pour mettre fin aux diverses supputations et spéculations ? »

Original source: La Verite
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment