Logo-text

Le Fonds de développement sino-africain veut investir

MadagascarTV | 27 avril 2015

Le Fonds de développement sino-africain veut investir

Force est d’admettre que l’agriculture est l’un des piliers et à la fois socle de l’économie malgache. C’est dans cette optique qu’une entité chinoise veut investir dans ce secteur porteur, dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant. Car développer l’agriculture malgache, c’est aussi développer l’économie à la fois malgache et chinoise.

Comme dans de nombreux pays africains, la Banque de Développement de Chine a réitéré sa volonté de contribuer au développement économique de la Grande île, à travers le Fonds de Développement Sino-Africain.
Pas plus tard qu’hier, une forte délégation de la Banque de Développement de Chine, conduite par son Vice-Gouverneur, a rendu une visite de courtoisie au ministre de l’Agriculture, Roland Ravatomanga, dans son bureau d’Anosy.

Le ministre Roland Ravatomanga avait annoncé, en marge de cet entretien, que l’agriculture avec un grand « A », figurait au menu de son entretien avec cette délégation chinoise. Le domaine de l’agriculture, qui constitue le fer de lance de l’économie malgache, suscite en effet l’intérêt de cette délégation chinoise.

Effectivement, Pékin est disposé à effectuer d’importantes opérations d’investissement dans le secteur, mais également à mettre son expérience au profit des Malgaches. Manifestant son avis sur l’importance de l’échange d’expériences, ainsi que les avantages que Madagascar devrait en bénéficier, le ministre de l’Agriculture a fait savoir que les Chinois sont techniquement plus avancés que les Malgaches dans le domaine de l’agriculture. Roland Ravatomanga a mis en relief le savoir-faire du pays de Yao Ming en termes d’infrastructures agricoles ainsi que sa maîtrise des techniques agricoles modernes et ce, dans l’objectif de subvenir aux besoins des quelque 1,3 milliard de Chinois. Le ministre de l’Agriculture est persuadé que Madagascar pourrait consolider ses acquis dans ce domaine, grâce à l’apport des Chinois pour promouvoir le secteur, mettre en oeuvre son programme « Grenier de l’Océan Indien », mais également dans la perspective de s’assurer de la sécurité alimentaire. Roland Ravatomanga a tenu à souligner qu’il s’agira d’un partenariat gagnant-gagnant.

L.R.

Who's involved?

Who's involved?


Languages



Special content



Archives




Latest posts