Les populations de Nginth avertissent « Pour faire quitter le projet dans le Ndiaèl, nous sommes prêts à mourir »

TWITTER
FACEBOOK
Rewmi |  Mercredi 12 Juin 2013

Saint-Louis- Affaire Sen huile/Sen Ethanol : Les populations de Nginth avertissent « Pour faire quitter le projet dans le Ndiaèl, nous sommes prêts à mourir »

Le bras de fer entre les populations de la communauté Rurale de Ngnith et les responsables du projet Sen Huile/ Sen Ethanol est toujours d’actualité. Ces populations invitent l’Etat à faire quitter ce projet dans la zone, avant qu' n y ait mort d’homme.

Pour faire quitter le projet Sen Huile/Sen Ethanol de la communauté rurale de Ngnith, les populations ont haussé le ton pour réclamer leurs terres. Elles ne comptent pas baisser les bras tant que le président Macky Sall, ne prend pas le dossier en mains. « Le projet a défriché 20.000 Hectares pour produire de l’éthanol pour l’Europe, 37 villages sont concernés, 9.000 personnes sont menacées d’exode, 100.000 têtes d’animaux sont en danger, des écoles, mosquées et cimetières risquent de ne plus exister, des milliers d’arbres et flores sont menacés de disparition, des millions de litres d’eau douce sont gaspillés, une corruption menace la paix sociale, la solidarité et la stabilité du Sénégal », a déclaré Ardo Sow, le porte-parole des populations. Ces populations veulent en découdre avec les responsables du projet, comme c’est le cas à Fanaye. « Nous sommes prêts à mourir », a déclaré Assane Sow, habitant dans la communauté rurale de Ngnith ». Il ajoute que « certains responsables du projet Sen Huile Sen Ethanol provoquent même les femmes des 37 villages du Ndiaèl ».

Avec ce nouveau projet qui s’implante dans cette partie nord du pays depuis 2012, les gendarmes veillent sur les travailleurs nuit et jour. Les populations ont même arrêté, dernièrement, quelques tracteurs appartenant au projet. Implanté dans la communauté Rurale de Ngnith, dans le département de Dagana, l’entreprise Italo-américaine a obtenu une concession de 20.000 hectares pour 55 ans afin de produire du tournesol et de la patate douce. Elle avait déjà tenté d’implanter ce projet à Fanaye, mais c’est sans conter avec la détermination des populations.

Ousseynou Diop
Original source: Rewmi
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment