Liberia : le développement de l’agro-industrie menace les forêts et les moyens de subsistance des communautés locales

TWITTER
FACEBOOK

Ruines d’une maison abandonnée dans la plantation de palmier à huile de Sime Darby. Un puits situé à proximité et des restes de canne à sucre, de bananiers et de limettiers poussant entre les jeunes palmiers à huile témoignent des usages et de l’occupation précédents par la communauté. (Photo : Tom Lomax)
Forest Peoples Programme | avril 2012

Liberia : le développement de l’agro-industrie menace les forêts et les moyens de subsistance des communautés locales

Le développement de l’agro-industrie en Afrique représente une grave menace pour les forêts et les moyens de subsistance des peuples africains. Là où la gouvernance est faible et où les droits des communautés locales et des peuples autochtones sont incertains, le développement agricole se fait au détriment de la population locale.

La prise de conscience des répercussions sociales et écologiques du développement de l’agro-industrie en Asie du Sud-Est a mené à de nouvelles normes pour une croissance acceptable de l’huile de palme. La Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO), un processus de certification volontaire de tierces parties, a adopté une série de principes et critères en grande partie cohérents avec une approche fondée sur les droits, et cherche à éloigner le développement de l’huile de palme des forêts primaires et des zones critiques à haute valeur de conservation (HCV), tout en interdisant la prise de contrôle des terres coutumières sans le consentement libre, préalable et éclairé (FPIC) des communautés. Le respect de la norme de la RSPO s’impose de plus en plus comme une exigence pour pouvoir accéder au marché européen, et les grands conglomérats producteurs d’huile de palme qui cherchent à préserver leur part de marché adhèrent désormais à la RSPO.

Début septembre 2011, une conférence de presse tenue par les communautés locales à Grand Cape Mount, au Liberia, a dénoncé la prise de contrôle et la destruction des terres de ces communautés pour le développement de l’huile de palme par le conglomérat malaisien Sime Darby. Les communautés locales ont déposé une plainte formelle auprès de la RSPO à travers le Forest Peoples Programme et le représentant juridique qu’elles ont désigné, Green Advocates. En réponse, Sime Darby a gelé ses activités dans la zone contestée et, à travers le secrétariat de la RSPO, a accepté d’entamer des négociations bilatérales avec les communautés afin de résoudre les différends.

Terre coutumière défrichée et plantée de jeunes palmiers à huile sans le consentement libre, préalable et éclairé de la communauté. Tout comme la terre utilisée pour la production alimentaire et les matériaux de construction, à droite de la photo la terre a été défrichée et cultivée sur le cimetière d’un village, et à gauche (hors de la photo), une partie substantielle d’une forêt sacrée des femmes a également été défrichée et cultivée. (Photo : Tom Lomax)

En décembre 2011, le Forest Peoples Programme a organisé la première réunion entre les communautés locales et des dirigeants de Sime Darby de Malaisie et du Liberia, afin d’examiner les solutions possibles à ces conflits. La réunion bilatérale a permis d’accomplir des progrès importants pour convenir d’un processus de résolution du différend foncier. Néanmoins, peu après cette réunion, les négociations entre les communautés et Sime Darby se sont interrompues, le gouvernement du Liberia ayant insisté pour que les communautés traitent directement avec lui et non pas avec l’entreprise.

Le 2 janvier 2012, la Présidente du Liberia et plusieurs Ministres se sont rendus à Grand Cape Mount afin d’y rencontrer les communautés, et ont informé ces dernières qu’il était de leur devoir de ne pas faire obstacle à Sime Darby et qu’elles ne devaient pas se laisser tromper pas les organisations de la société civile. Les communautés ont néanmoins présenté 14 points auxquels elles exigent qu’une solution soit apportée. L’avocat des communautés, Alfred Brownell, de Green Advocates, a expliqué la situation à la Présidente, qui a semblé affirmer que le gouvernement n’avait pas autorisé le défrichement des terres des communautés pour le développement de l’huile de palme. La Présidente a ensuite mis sur pied un comité interministériel dirigé par le Ministre des affair es intérieures afin de résoudre ces problèmes au moyen de trois sous-comités traitant des indemnisations, de l’eau et de la terre. Le gouvernement a réitéré que les négociations entre Sime Darby et les communautés ne pouvaient se poursuivre, mais que toute négociation devait avoir lieu entre les communautés et le gouvernement.

Entre-temps, une lettre prétendument écrite par Sekou Belloe, l’un des signataires de la plainte des communautés à l’attention de la RSPO, a été envoyée à la RSPO pour retirer la plainte des communautés contre Sime Darby. Par la suite, le travail mené au Liberia en février 2012 par le FPP a établi que cette lettre n’avait pas été rédigée par les communautés et qu’elles ne l’avaient pas autorisée.

Début février 2012, le personnel du FPP est retourné au Liberia afin d’aider les communautés à poursuivre le processus de la RSPO et à s’assurer que Sime Darby réponde à leurs plaintes. Le personnel du FPP s’est rendu dans les communautés et a découvert que leur environnement de forêts et de fermes avait été entièrement détruit par les bulldozers de Sime Darby afin d’y planter des palmiers à huile clonés de Malaisie. L’indemnisation versée pour avoir détruit les cultures des communautés (aucune compensation ne fut versée pour avoir pris leur terre) fut dérisoire, voire même jamais versée. Un membre de la communauté a déclaré :

Balah montre ce qui était autrefois une crique utilisée par elle- même et son village comme source d’eau douce ainsi que pour la pêche. Suite au défrichement, au drainage et au remblayage effectués par Sime Darby, l’eau de la crique est désormais stagnante, posant des risques de propagation de maladies transmises par l’eau. La terre agricole de la famille de Balah a également été perdue au profit de la plantation de Sime Darby, sans son consentement libre, préalable et éclairé, et Balah doit désormais marcher pendant plusieurs heures pour trouver des terres sur lesquelles cultiver des aliments. (Photo : Tom Lomax)

« Je possédais 334 arbres, mais n’ai reçu d’indemnisation que pour 134 arbres. On m’a dit que si je n’acceptais pas cela, je n’obtiendrais rien. Je n’avais pas le choix. Ils n’ont pas demandé la permission de prendre la terre. Ils ne versaient de l’argent par hectare qu’aux personnes qui possédaient des actes pour leur terre. Sime Darby a dit « le gouvernement nous a donné le pouvoir de faire cela ». Si nous avions eu le pouvoir de résister, nous ne les aurions pas laissés s’emparer de la terre ».

La population locale avait été trompée quant à l’ampleur des destructions qui auraient lieu, et on lui avait également fait croire qu’une plantation de palmier à huile serait établie mais que les habitants garderaient leurs fermes. Il n’y eut aucune possibilité de s’opposer au processus : il s’agissait d’accepter l’indemnisation et de voir sa terre se faire détruire, ou de ne pas accepter l’indemnisation et de voir sa terre se faire détruire.

Le FPP a tenté d’aider à sortir de cette impasse en tenant des réunions avec Sime Darby, des ministres du gouvernement du Liberia, des organisations de soutien aux communautés telles que Green Advocates et le Sustainable Development Institute (SDI, Liberia), ainsi qu’avec les communautés. Suite à ces réunions, à des réunions parallèles entre le Directeur du FPP et le personnel de Sime Darby en Malaisie, à un article d’opinion par Silas Siakor du SDI dans le New York Times, et à des négociations par Alfred Brownell de Green Advocates, des changements significatifs sont en cours, en particulier au niveau de la gestion de la situation par le gouvernement

La Commission foncière du Liberia a désormais remplacé le Ministère des affaires intérieures dans la gestion de ces questions pour le compte du gouvernement. La Commission foncière a non seulement promis qu’elle s’assurerait que les terres des communautés dont les terres ont été saisies à Grand Cape Mount seraient démarquées et que leurs questions foncières seraient résolues, mais elle a également annoncé un changement majeur de la façon dont elle traitera des projets de développement de l’huile de palme au Liberia. Un gel des concessions futures aura lieu, et la Commission tentera de régulariser les terres « tribales » dans la zone de la concession accordée à Sime Darby, avant que l’entreprise ne s’étende davantage, et de résoudre les questions foncières en faveur des communautés dans la zone contestée de Grand Cape Mount. Si une telle approche est suivie, les plaintes des communautés et de leurs partenaires de la société civile auront véritablement été entendues et donné lieu à des actions concrètes. Tant l’entreprise que les communautés ont demandé au FPP de les aider à poursuivre le dialogue entre eux, si cela est nécessaire.

Banderole créée par les communautés de Grand Cape Mount pour protester contre la perte de leur terre coutumière au profit de Sime Darby sans leur consentement libre, préalable et éclairé. (Photo : Justin Kenrick)

Nous suivrons tous l’évolution de cette question pour voir si l’engagement du gouvernement à agir est respecté, ou si un support supplémentaire est nécessaire. Nous saluons pour l’instant l’engagement de la Commission foncière pour résoudre ces questions dans le respect des droits des communautés, tout en s’assurant que l’entreprise conserve sa certification RSPO et en démontrant que le gouvernement s’engage pour garantir le bien-être de ses citoyens.

Souscrire au bulletin d’information de FPP
Si vous souhaitez souscrire au bulletin d’information de FPP cliquez ici ou envoyez un courriel à [email protected] Le bulletin d’information est publié tous les deux mois ; des annonces supplémentaires ou des rapports peuvent aussi être envoyés très occasionnellement.


Forest Peoples Programme
1c Fosseway Business Centre, Stratford Road
Moreton-in-Marsh
GL56 9NQ
United Kingdom
Tel: +44 (0)1608652893
[email protected]
www.forestpeoples.org
 

Original source: FPP
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment