Les agriculteurs allemands font leur retour en Russie

TWITTER
FACEBOOK
Stefan Dürr est propriétaire de plus de 170.000 hectares de terres agricoles en Russie
Les Echos | 16/01/2012

Les agriculteurs allemands font leur retour en Russie

par Jacques Hubert-Rodier   
Editorialiste diplomatique Les Echos

Au XVIII e siècle, la Grande Catherine avait décidé de faire appel à des agriculteurs allemands pour cultiver le sol de la Russie. A un moment, on a dénombré plusieurs milliers de colons. Quelque 250 ans après le règne de l'impératrice de toutes les Russies, selon le « Spiegel », l'histoire se répète. Car la Russie de Vladimir Poutine veut à nouveau attirer des paysans d'Europe de l'Ouest. Ainsi, le magazine raconte l'histoire de Stefan Dürr, âgé de quarante-sept ans, qui pensait reprendre la ferme de son grand-père, située près de Heidelberg. Mais, aujourd'hui, il est propriétaire de plus de 170.000 hectares de terres agricoles en Russie. A travers son holding EkoSem-Agrar, il emploie 2.800 personnes et possède un troupeau de 28.000 têtes. Son histoire russe commence en 1989 avec un premier séjour comme membre de la Fédération des jeunes agriculteurs allemands. Il avait expliqué aux experts agricoles russes qu'il ne fallait surtout pas privatiser à n'importe quel prix pour empêcher de faire tomber les terres agricoles dans quelques mains d'oligarques en échange d'un peu de vodka. D'autres Allemands se sont lancés depuis lors dans l'aventure. Clemens Tönnies, le « baron de la viande », va investir des millions d'euros pour développer une dizaine d'élevages de porcs en Russie. Eckart Hohmann, un ancien banquier, s'est associé avec un homme d'affaires pour se lancer dans l'agriculture en Russie. Dürr est en tout cas une personnalité en Russie. Une façon de surmonter l'histoire et le massacre de 370.000 Russes en 1942 par les troupes allemandes dans la région de Voronej où sa ferme est installée.
Original source: Les Echos
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment