Albert Cormary, porte-parole du collectif NOPALME communique

TWITTER
FACEBOOK
Investir tant de fonds publics aboutissant à la création de 20 emplois risquant de jeter des dizaines de milliers d’Africains dans la famine par accaparement des terres est inacceptable.
l’indépendant du 23/11/2011

Albert Cormary, porte-parole du collectif NOPALME communique:

Nous venons d’être informé par voie de presse que le projet de raffinerie d’huile de palme était retardé. Cela démontre que l’engagement de Sime Darby n’est pas aussi ferme que ce que certains responsables politiques l’affirment. Dans notre région durement frappée par le chômage, faire de vaines promesses ajoute du désarroi aux familles frappées par la crise, la précarité.

Cela montre que nous avons raison de poser la question de la pérennité du projet dans un contexte de suspicion à l’égard de la consommation de cette huile et de la volonté affichée de réduction des rejets de CO2.

M. Codorniou nous réaffirme la volonté de la Région d’investir 200 millions d’euros pour le développement du port. Cela serait peut-être envisageable si c’est pour créer de l’activité, créer significativement des emplois pérennes et socialement responsables. Ainsi, nous considérons qu’investir tant de fonds publics aboutissant à la création de 20 emplois risquant de jeter des dizaines de milliers d’Africains dans la famine par accaparement des terres est inacceptable.

L’an dernier, M. Codorniou s’était opposé au projet d’éoliennes en mer et par là même aux 3 ou 4 fois plus d’emploi qu’elles auraient créé. Pas des emplois risquant de disparaître au bout de 5 ans pour arrondir les profits d’actionnaires cachés à l’autre bout de la planète.

Nous rappelons que le projet d’agrandissement du port est soumis à des procédures longues impliquant la concertation et le débat avec le public. Chacun pourra s’informer sur l’impact environnemental, économique et sur les risques. Chacun pourra s’exprimer et ce n’est qu’à l’issue de la procédure, si elle aboutit, que le projet prendra forme. En attendant, nous avons proposé aux élus en responsabilité une table ronde pour entendre les explications de chacun. Seul Stéphane Linou, conseiller général EELV a répondu. Il est vrai qu’il avait eu le toupet de poser une question écrite au Conseil Général sur le projet de raffinerie d’huile.

Enfin 200 000 000 euros est une grosse somme mais semble bien peu lorsqu’il s’agit d’entreprendre des travaux qualifiés de colossaux. Alors nous disons que nous serons très attentifs à ce que le port reste dans le giron public et ne tombe pas sous la coupe de capitaux transnationaux, sans foi ni loi.

Nous donnons rendez-vous aux Nouvellois et aux habitants de la région pour les débats publics qui vont être organisés sur le projet de port.
Original source: NOPALME
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment