Des paysans remontés contre la famine défilent devant le Kempinski à Genève

TWITTER
FACEBOOK

Le Tribune de Genève | 7 juin 2011

Le rassemblement contre la conférence «Jetfin GRO 2011» s'est déroulé hier devant le Grand Hôtel Kempinski à Genève. (Photo: Laurent Guiraud)


Selon les manifestants, les organisateurs de «Jetfin AGRO 2011», réunis aujourd’hui dans le palace genevois, mettent en péril le droit à l’alimentation et à l’eau dans le monde. La conférence est soutenue par le canton, ce que dénoncent plusieurs associations.

par Dejan Nikolic

Une lettre de protestation a été envoyée au Conseil d’Etat. Cette correspondance a été suivie de deux autres textes, récemment soumis au Grand Conseil. Hier, une large coalition d’organisations de développement - Uniterre, FIAN, Pain pour le prochain, Action de Carême… -, de syndicats paysans et ouvriers, et autres mouvements militant contre l’accaparement des terres agricoles, a même tenté d’alarmer les autorités genevoises et le public sur ce qui se jouait dans les salles de conférences de l’Hôtel Kempinski à Genève.

Le déploiement de révolte s’est déroulé dans le calme face au palace genevois, à coups de slogans et de pancartes. «La conférence «Jetfin AGRO 2011», soutenue par les autorités genevoises, promeut des investissements qui mettent en péril la sécurité alimentaire», dénoncent les manifestants. La crise financière a accéléré l’agriculture à grande échelle, en attirant un nombre croissant de fonds d’investissements et autres véhicules financiers spéculatifs, dont l’intérêt principal est le rendement. «Cet accaparement des terres aggrave la faim dans le monde», résument les protestataires.

Genève n’est peut-être pas complètement innocente dans ce processus.

«Comment l’Etat justifie-t-il son aide à un cycle de conférences dont les buts vont à l’encontre d’un développement durable qu’il nous déclare défendre», s’interroge Eric Leyvraz, député au Grand Conseil. L’interpellation urgente écrite, déposée en mai dernier, a été accompagnée par une motion. Objectif: rappeler aux autorités leur engagement à promouvoir le respect des droits humains fondamentaux, parmi lesquels figurent le droit à l’alimentation et le droit à l’eau.

Original source: Tribune de Genève
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment