Palmeraies au Cameroun : 145 riverains contre le groupe Bolloré déboutés en France
Imedias avec AFP | 7 janvier 2022

Palmeraies au Cameroun : 145 riverains contre le groupe Bolloré déboutés en France

Quelque 145 Camerounais ont été déboutés vendredi par la justice française alors qu’ils souhaitaient contraindre le groupe Bolloré à fournir des documents censés établir ses liens avec une société camerounaise qu’ils accusent d’attenter à leurs droits.

Selon leur avocat, Fiodor Rilov, l’exploitation des palmeraies par la Société camerounaise Socapalm leur « inflige des préjudices au quotidien » en condamnant l’accès à des terrains et lieux de sépulture ainsi qu’en polluant les eaux.

Fin novembre, Me Rilov avait tenté de convaincre le tribunal de Nanterre (région parisienne) d’ordonner au groupe Bolloré de produire des pièces censées attester, soit du contrôle qu’il exerce sur la Socapalm, soit des relations commerciales établies avec elle via une holding belgo-luxembourgeoise, la Société financière des caoutchoucs (Socfin).

Si tel était le cas, le géant français serait soumis au « devoir de vigilance » concernant les activités de la Socapalm au Cameroun. Une loi de 2017 oblige les plus grandes entreprises à prévenir les atteintes graves envers les droits humains et l’environnement chez leurs sous-traitants et fournisseurs étrangers.

Vendredi, le juge des référés a estimé que les activités de la Socapalm pouvaient être « susceptibles de porter atteinte aux droits fondamentaux » des riverains. Mais il a conclu que les riverains n’apportaient « aucun élément de nature à faire présumer l’existence d’un contrôle direct ou indirect de la société Bolloré SE sur la Socapalm ou sur la Socfin ».

Le juge a retenu les arguments de la défense du groupe Bolloré, à savoir sa participation minoritaire au sein de la Socfin, « à hauteur de 38,75% ». L’avocat du groupe, Me Olivier Baratelli, s’est félicité de cette victoire judiciaire et a dénoncé auprès de l’AFP une procédure visant « à diaboliser et tenter d’utiliser la notoriété du nom Bolloré ».

Pour sa part, Fiodor Rilov a indiqué à l’AFP que ses clients allaient interjeter appel. « On ne conteste pas la question de la participation capitalistique », a rappelé l’avocat, qui s’interroge surtout sur l' »intervention dominante » du groupe Bolloré dans la désignation des dirigeants de Socfin.

En mai 2019, dix ONG et syndicats ont assigné Bolloré en France pour obtenir l’application de mesures améliorant les conditions de vie des travailleurs et riverains de plantations d’huile de palme au Cameroun. Cette procédure, distincte de celle des 145 riverains, est en cours.

AFP
URL to Article: https://farmlandgrab.org/post/view/30710

Source: AFP 
https://www.imedias.net/palmeraies-au-cameroun-145-riverains-contre-le-groupe-bollore-deboutes-en-france/