Le congrès mondial de la nature alternatif s'organise autour de l'approche "décoloniale" pour conserver la biodiversité
La Depeche  01/09/2021 

Le congrès mondial de la nature alternatif s'organise autour de l'approche "décoloniale" pour conserver la biodiversité
    
(ETX Daily Up) - Alors que s'ouvre vendredi 3 septembre le Congrès mondial de la nature à Marseille, le mouvement Survival International organise en parallèle un évènement alternatif dans la ville méditerranéenne. Durant deux jours, débats, conférences et manifestation serviront une approche "décoloniale radicale" sur l'importance des peuples autochtones dans la conservation de la biodiversité. 
 
En amont du Congrès mondial de la nature de l'UICN (Union International pour la Conservation de la Nature) à Marseille, le mouvement international des peuples autochtones Survival International organise un contre-congrès "Notre terre, notre nature", jeudi 2 et vendredi 3 septembre 2021. Un congrès critique à l'égard des leaders mondiaux, ONG de protection de la nature et patrons d'entreprises qui seront réunis à partir de vendredi 3 septembre pour le Congrès mondial de la nature.
 
Les organisateurs de l'évènement alternatif fustigent les plans évoqués par les différents acteurs du Congrès de l'UICN : "Ces idées semblent bonnes, alors où est le problème ?", demandent rhétoriquement les organisateurs du congrès alternatif. Selon eux, "leurs plans sont de fausses solutions, dangereuses et injustes". En particulier l'objectif, fixé par les gouvernements, d'atteindre 30% d'aires protégées sur la planète d'ici 2030 "qui bafoue les droits des peuples autochtones". "[L'objectif] ne comporte aucune garantie pour les droits des peuples autochtones et communautés locales et risque donc de renforcer ce modèle de conservation-forteresse et de mener à davantage de violations des droits humains", a déclaré à ETX Studio Marie Ndenga Hagbe de Survival International.
 
Lors des conférences et débats organisés le jeudi 2 septembre, les militants, activistes, chercheurs et grands responsables d'ONG du monde entier s'attaqueront aussi aux Solutions fondées sur la Nature, "actions visant à protéger, gérer de manière durable et restaurer des écosystèmes naturels ou modifiés pour relever directement les défis de société de manière efficace et adaptative, tout en assurant le bien-être humain et en produisant des bénéfices pour la biodiversité", selon la définition de l'UICN.
 
Selon Survival International, ces solutions ne sont que distraction. "Elles détournent l'attention des vraies causes de la crise climatique et de la perte de la biodiversité - exploitation croissante et à but lucratif des ressources - et qui mènent à l'accaparement des terres des peuples autochtones", explique Marie Ndenga Hagbe.
 
"Décoloniser la conservation de la nature"
 
Dans ce congrès alternatif, les organisateurs remettent au cœur la protection de la nature par la population autochtone. Celle-ci possède les connaissances et les compétences nécessaires pour la sauvegarde de la biodiversité. D'après les chiffres des Nations unies, près de 80% de la biodiversité de la planète se trouve sur les territoires des peuples autochtones et de ce fait, ils sont plus concernés et aptes à répondre et être acteurs de la résolution des crises climatiques et de la biodiversité. 
 
L'approche du congrès alternatif promeut une "vision décoloniale radicale de la conservation de la nature". "Les vraies solutions - celles qui sont antiracistes, anticoloniales et respectent la diversité - sont déjà là, et elles fonctionnent", déclarent les organisateurs sur le site internet de l'évènement, signifiant que "les gouvernements doivent respecter, protéger les droits des peuples autochtones, y compris la reconnaissance de tous les droits territoriaux. C'est de loin le moyen le plus efficace et le plus juste de protéger la biodiversité".
URL to Article: https://farmlandgrab.org/post/view/30464

Source: Ladepeche.fr 
https://www.ladepeche.fr/2021/09/01/le-congres-mondial-de-la-nature-alternatif-sorganise-autour-de-lapproche-decoloniale-pour-conserver-la-biodiversite-9763374.php

Links in this article