En Mayenne, les terres agricoles intéressent de plus en plus d'étrangers
France Bleu | 11 janvier 2021

En Mayenne, les terres agricoles intéressent de plus en plus d'étrangers.

Par Sylvie Charbonnier, France Bleu Mayenne

A Courcité, en Mayenne, trois agriculteurs chinois, deux femmes et un homme, viennent de s'installer sur une exploitation agricole de la commune. Avant eux, c'étaient des belges. Les terres agricoles mayennaises intéressent-elles les étrangers? Pas plus de deux à trois transactions chaque année.

La Mayenne n'est pas, ou pas encore, comme certaines régions de France, en Bourgogne ou dans le bordelais, par exemple, très convoitée par les agriculteurs ou les investisseurs étrangers. D'après la Safer, l'organisme qui surveille, justement, les ventes de terres agricoles, on ne compte pas plus de deux ou trois ventes d'exploitations à des étrangers, chaque année. Si, à Courcité, ce sont des chinois qui se sont installés, les personnes asiatiques sont très rares, dans le département. Les belges et les hollandais, dont les terres sont rares et très chères, en revanche, sont plus nombreux. Les exploitations les plus recherchées sont les exploitations laitières ou équines.

Des arrivées qui font grimper les prix du foncier.

Tout le monde est d'accord, aussi bien à la chambre d'agriculture, que du côté des syndicats ou même de la fondation Terre de Liens ( qui veille sur les terres agricoles), pour dire que la venue d'étrangers présente des avantages. En effet, dans une région où 2 à 300 exploitations sont à reprendre chaque année, pour cause de départ à la retraite, l'arrivée de nouveaux agriculteurs est plutôt une bonne chose. En revanche, tout le monde s'accorde aussi à reconnaitre que les arrivants étrangers, ont souvent un portefeuille bien garni, ce qui fait grimper les prix du foncier et met à mal de jeunes agriculteurs locaux qui voudraient s'installer.

"Pas de problème avec les étrangers, tout dépend ce qu'ils font"!

Pour Dominique Morin, le porte parole de la Confédération Agricole en Mayenne, "le fait que des étrangers s'installe ici, ne pose pas de problème, à condition qu'ils ne fassent pas de production intensive et qu'ils respectent les normes écologiques". Même discours de la part de Tanguy Martin, médiateur foncier pour Terre de Liens, un mouvement citoyen pour la préservation des terres agricoles. Pour lui, il est intéressant que les secteurs ruraux puissent garder leur dynamisme, mais il faut faire attention à "l'accaparement des terres", un problème qui ne se pose pas en Mayenne.

A Courcité, des étrangers bien intégrés

A Courcité, les trois chinois sont arrivés début décembre. Ils ont souhaité rencontrer le maire, Yves Dauverchain. "Ce sont des gens très motivés, raconte-t-il. Ils veulent produire du porc, mais dans une exploitation bio. Ils ont prévu de grandes transformations". Pour l'instant, les trois nouveaux arrivants n'ont pas encore rencontré les habitants de Courcité "une seule parle le français", explique le maire de la commune, " mais personne n'est venu faire de remarques à leur sujet". Il y a quelques années, ce sont des belges qui sont venus s'installer ici, sur une exploitation laitière, "un modèle d'intégration" poursuit Yves Dauverchain.

Les normands, les plus nombreux

Pour Tanguy Martin, de Terre de liens, ce ne sont pas directement les belges qui viennent s'installer en Mayenne. "Ce qui se passe, raconte-t-il, _c'est que les belges et les hollandais, investissent dans le nord de la France. Les nordistes s'installent en Normandie et les normands commencent à lorgner sur les terres agricoles mayennaise_s. Pour Dominique Morin, de la Confédération Paysanne, le soucis "c'est le prix des terres qui ne cesse de grimper", sachant que les bonnes terres mayennaises sont déjà les plus chères de tous les pays de la Loire.
URL to Article: https://farmlandgrab.org/post/view/30041

Source: France Bleu 
https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/en-mayenne-les-terres-agricoles-interessent-de-plus-en-plus-d-etrangers-1610383041