Chinois et terres agricoles : les achats se poursuivent

La Nouvelle République | 05 mai 2016

Chinois et terres agricoles : les achats se poursuivent

Une nouvelle exploitation agricole d’une centaine d’hectares, située à La Berthenoux, vient de tomber dans l’escarcelle d’investisseurs chinois.

 En matière de terres agricoles berrichonnes, les Chinois auraient-ils inventé le mouvement perpétuel ? Robert Chaze n'est plus très loin de le penser. Le président de la chambre d'agriculture avait constaté, d'un œil étonné, les premiers achats effectués dans le plus grand secret. « J'étais alors persuadé que cela s'arrêterait aussi vite que cela avait commencé. Depuis l'annonce d'une nouvelle acquisition à La Berthenoux, je suis moins affirmatif. »

Marc Fressange à la manœuvre

Pourquoi l'Indre et pas le Cher ou l'Indre-et-Loire, qui ne sont visiblement pas les départements ciblés par les investisseurs de l'empire du Milieu ? « Qu'ils n'aient jeté leur dévolu que sur l'Indre me faisait justement penser que ce choix était dû au hasard, poursuit Robert Chaze. Finalement, on est sans doute face à un phénomène beaucoup plus large. Notre région est située entre le Bassin parisien et le Massif Central. Son positionnement est visiblement intéressant. Donc, il ne semble y avoir aucune raison pour que le mouvement ne se poursuive pas. »

Nous divulguions, voilà quelques semaines, l'intitulé de l'une des sociétés acheteuse : le groupe China Hongyang, spécialisé dans la fabrication et la commercialisation d'équipements pour les stations-service et l'industrie pétrolière. « C'est la branche investissement qui a acheté », souligne le journaliste de France 5 Monde, Pascal Hérard.
Toujours sous la plume de notre confrère, on découvre l'identité de l'instigateur des investissements chinois : Marc Fressange. « Marié à une avocate chinoise, Marc Fressange est le fondateur-dirigeant d'une entreprise, Ouh La La France, enregistrée en Chine et spécialisée dans l'importation et la vente de grands crus et de produits agroalimentaires français. Il est aussi directeur Europe, depuis 2014, de Chambrisse Investment, entreprise de gestion de portefeuilles, spécialisée dans les investissements pour le secteur agroalimentaire en Europe, en France et en Chine. »

 « Oui, M. Fressange est visiblement à la manœuvre sur ces dossiers », confirme Robert Chaze qui a toujours du mal à saisir les motivations profondes du phénomène en cours. « Importeront-ils la production en Chine comme ils le font avec le vin ? Géreront-ils le patrimoine en bons pères de famille avant de revendre dans dix ans ? » Mystère…

Terres précieuses

La NR vous le révélait en février dernier : en 2015, des sociétés chinoises ont fait l'acquisition de 1.500 hectares de terres agricoles dans l'Indre, du côté de Clion, Châtillon et Vendœuvres. On vient d'apprendre qu'elles ont acquis récemment une centaine d'hectares du côté de Montipouret (lire ci-contre).« Et il semble n'y avoir aucune raison que le mouvement ne se poursuive pas », analyse Robert Chaze, président de la Chambre d'agriculture de l'Indre. Il ne croit pas si bien dire : la Chine qui dispose de 10 % de la surface agricole exploitable dans le monde, doit nourrir 20 % de la population mondiale. L'équation est sans appel.

Bruno Mascle

URL to Article: https://farmlandgrab.org/post/view/26092

Source: Nouvelle République 
http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2016/05/05/Chinois-et-terres-agricoles-les-achats-se-poursuivent-2706843