RDC: Enquêtes et actes d'intimidation contre le défenseur des droits humains Augustin Alphonse Bofaka et d'autres défenseurs des droits humains
FrontLineDefenders | 23 novembre 2015

RDC: Enquêtes et actes d'intimidation contre le défenseur des droits humains Augustin Alphonse Bofaka et d'autres défenseurs des droits humains

AGISSEZ MAINTENANT !

Le 15 Novembre 2015, le défenseur des droits humains M. Augustin Alphonse Bofaka a été interrogé par l'Agence nationale de renseignement (ANR) en rapport avec une récente manifestation contre une société multinationale accusée de s'accaparer des terres et de dégrader l'environnement. Il a également reçu plusieurs appels téléphoniques menaçants à la suite de son rôle de mobilisateur de la communauté.
 
M. Augustin Alphonse Bofaka est le coordinateur du Centre d' Animation pour le Development et l'Auto Promotion – CADAP, une organisation non gouvernementale qui milite pour la protection des forêts communautaires et fait campagne pour la préservation de l'environnement. CADAP est une organisation membre du Réseau d'information et d'Appui aux ONG Nationales - RIAO-RDC, un réseau constitué de 256 organisations non gouvernementales et de 333 associations d' agriculteurs à travers les différentes provinces de la République Démocratique du Congo. RIAO-RDC a joué un rôle de premier plan en travaillant avec les communautés dans les zones rurales de la RDC et en les soutenant dans leurs revendications relatives aux droits fonciers. Le réseau a également dénoncé plusieurs violations des droits humains commises par des entreprises multinationales dans les zones rurales, en particulier FERONIA.
 
Le 13 Novembre2015 Augustin Alphonse Bofaka a reçu un appel téléphonique menaçant d'un officier de renseignement affilié à l'ANR à Kisangani. L'officier l'a accusé d'être le principal instigateur des manifestations qui ont été organisées à Mosite et à Yaoselo du 29 Octobre 2015 au 11 Novembre 2015 pour dénoncer FERONIA et ses activités. Le 11 Novembre, un administrateur local a également accusé Augustin Alphonse Bofaka d'inciter la population à la révolte et a suggéré qu'il était à blâmer pour les barrages routiers érigés dans Yaoselo pendant les manifestations.
 
L'ANR semble avoir lancé des interrogatoires contre tous ceux qui sont soupçonnés de jouer un rôle de premier plan dans les manifestations contre FERONIA. Le 12 Novembre, plusieurs chefs coutumiers ont été interrogés, et beaucoup de ceux qui ont pris part à des manifestations auraient maintenant été forcés à vivre dans la clandestinité.
 
Les interrogatoires et certains actes d'intimidation ont eu lieu à la suite de la publication, en Juin, d'un rapport intitulé "Agro-colonialisme au Congo". RIAO-RDC a contribué à ce rapport avec la collaboration de l'ONG internationale Grain. Le rapport a mis en évidence l'occupation illégale et les violations des droits humains qui auraient été commises par FERONIA.
 
Front Line Defenders est préoccupé par l'enquête en cours et le harcèlement subi par Augustin Alphonse Bofaka et d'autres personnes impliquées dans les manifestations, car cet acharnement est considéré comme une tentative de les faire taire afin qu'ils arrêtent leur travail légitime de plaidoyer contre l'accaparement des terres et autres violations des droits humains entraînées par l'agro-business dans la région.
URL to Article: https://farmlandgrab.org/post/view/25533

Source: FrontLineDefenders 
https://www.frontlinedefenders.org/fr/node/30155

Links in this article