Cargill investit dans les "terres noires" de l'Ukraine en achetant 5% d'ULF
Agence France Presse | 13 janvier 2014

Cargill investit dans les "terres noires" de l'Ukraine en achetant 5% d'ULF

Kiev (awp/afp) - Le géant américain du négoce agricole Cargill a acquis 5% du premier producteur agricole ukrainien, Ukrlandfarming (ULF), comptant accroître les exportations vers la Chine de céréales de cette ex-république soviétique aux "terres noires" très fertiles.

L'acquisition a eu lieu fin 2013, a indiqué ULF dans un communiqué lundi. Les termes de l'opération restent confidentiels mais elle représente selon le Financial Times 200 mio USD, ce qui valorise l'entreprise à 4 mrd USD.

ULF, avec un chiffre d'affaires de 1,9 mrd USD en 2012, gère 532'000 hectares de cultures de céréales et des capacités de stockage de 1,6 mio de tonnes.

Cet investissement constitue "une étape importante dans le développement du potentiel en termes d'investissements et d'exportations non seulement d'ULF, mais de l'Ukraine toute entière", a souligné le président du conseil d'administration d'ULF, Oleg Bakhmatiouk, cité dans le communiqué.

Les deux groupes "réfléchissent également au développement d'autres projets, notamment en matière de logistique et de coopération internationale", a précisé le groupe ukrainien.

Cette coopération doit notamment prendre la forme d'un "soutien mutuel" en vue d'exporter vers les pays asiatiques, "y compris la Chine", est-il ajouté.

La production agricole de l'Ukraine aux fertiles "terres noires", qui en ont longtemps fait le grenier à blé de l'Europe, est de plus en plus convoitée au-delà du seul Vieux Continent, notamment en Asie.

Le pays a enregistré en 2013 une récolte de céréales record de 63 mio de tonnes et espère en exporter sur la campagne agricole (juillet 2013 à juin 2014) 32 mio tonnes, surtout en maïs, du jamais vu et une aubaine pour l'ex-république soviétique en récession et en pleine crise politique.

Avec de tels chiffres, l'Ukraine s'impose comme un fournisseur pour les marchés internationaux et dépasse la Russie, considérée traditionnellement comme le troisième exportateur de la planète. Les agriculteurs russes produisent plus mais ne prévoient d'exporter cette année qu'autour de 20 mio de tonnes de céréales.

De son côté, la Chine, confrontée à une urbanisation croissante, cherche à garantir ses approvisionnements alimentaires et multiplie les investissements dans les cultures à l'étranger, notamment en Amérique du Sud pour le soja.

En octobre, le gouvernement ukrainien avait révélé négocier l'octroi d'une aide de trois mrd USD par la Chine pour remettre à niveau son système d'irrigation.

URL to Article: https://farmlandgrab.org/post/view/23016

Source: AFP 
http://www.romandie.com/news/n/Cargill_investit_dans_les_terres_noires_de_l_Ukraine_en_achetant_5_d_ULF72130120141238.asp