Participation du Gabon au 1er congrès africain sur l’huile de palme
Gabon Review | 06 mars 2013

Participation du Gabon au 1er congrès africain sur l’huile de palme

par Loic Ntoutoume

L’ambition du Gabon de devenir le premier producteur africain d’huile de palme d’ici 2017 semble avoir trouvé une plate-forme confortable pour se parfaire : le premier congrès consacré à la culture du palmier à huile qui se tiendra du 11 au 13 juin 2013 en Côte d’Ivoire.

Alors que de nombreuses voix dénoncent l’usage abusif de l’huile de palme dans l’agro-industrie, parlant de risques sanitaires et de désastre écologique, le développement de cette culture au Gabon et en Afrique se présente comme l’un des enjeux économiques majeurs des prochaines années.

Quelques mois après la première conférence mondiale du cacao, tenue fin 2012 à Abidjan (Côte-d’Ivoire), à laquelle prenait part le Gabon, l’heure est aux préparatifs pour une meilleure représentativité du pays aux réflexions sur les mécanismes de développement de la filière du palmier à huile, objet de campagnes de dénigrement dans le monde.

Organisé par l’Association interprofessionnelle du palmier à huile (AIPH) de Côte d’Ivoire, le premier congrès africain sur l’huile de palme s’annonce passionnant à plus d’un titre. Il y sera question, durant soixante douze heures, de réfléchir sur les moyens de développer cette richesse, sur son financement, les droits fonciers, la certification, la santé publique, le développement durable et les impacts sur l’environnement.

Pour le Gabon, la production de cette culture est une priorité. Dans cette perspective, les autorités ambitionnent que le secteur agricole contribue à 15% du Produit intérieur brut en 2020, contre 1% actuellement. En outre, le pays, qui exploite le palmier à huile pour la production de l’huile de table et du savon, compte revoir à la hausse celle-ci pour atteindre les 250 000 tonnes d’ici 2020, ce qui en fera le plus gros producteur d’Afrique, s’appuyant sur deux investisseurs déjà présents, le Belge SIAT Gabon et le Singapourien Olam. Le pays met en avant un million d’hectares de terres cultivables disponibles pour cela.

Les deux sociétés se sont engagées à aller vers la certification RSPO (Roundtable on Sustainable Palm Oil, Table ronde sur l’huile de palme) lors d’une réunion organisée par le ministère de l’agriculture et le World Wildlife Fund, partenaire du RSPO. Aucune date n’a été fixée quant à la certification.

Selon les chiffres de l’AIPH, l’huile de palme est la plus consommée des huiles dans le monde, avec 53 millions de tonnes en 2012. D’ici 2050, le monde consommera au moins 77 millions de tonnes. Le continent africain continent ne représente que 4,4% de la production mondiale d’huile de palme.
URL to Article: https://farmlandgrab.org/post/view/21742

Source: Gabon Review 
http://gabonreview.com/blog/participation-du-gabon-au-1er-congres-africain-sur-lhuile-de-palme/