RDC : Les 5 leaders de Yalifombo emprisonnés depuis septembre sont innocents, les cris du village

TWITTER
FACEBOOK
Congo au jour le jour | 5 février 2020

Les 5 leaders de Yalifombo emprisonnés depuis septembre sont innocents, les cris du village

par

Unis comme un ananas, les habitants de Yalifombo témoignent de l'innocence de leur chef local, de l’enseignant, du pasteur et des 2 autres accusés par le ministère public, en assurant que le chef du groupement de Yanongo, l’accusateur de ses 5 dirigeants, a agi rémunéré par la multinationale PHC-Feronia.


Nous constatons à Yalifombo les raisons de son malaise. Après avoir perdu leurs terres et voir mutilé leur droit au développement en 1911, Yalifombo croyait que, selon le chronogramme des promesses de Feronia, l'école et le dispensaire devraient être déjà construits. L'école de Yalifombo avec plus de 300 élèves du primaire "existe toujours grâce aux parents" dit le directeur de l'établissement Jean Marie Basaso qui déplore la faiblesse de la république: "Nous attendons la promesse de Feronia depuis 3 ans et il n'y a rien! Ce sont les parents eux-mêmes qui  ont reconstruit l'école", il dit.


Le centre de santé manque aussi de tout sauf du désir d'exister. Joseph Lombaku, l'infirmière impayé (de nouvelles unités), dit que la malnutrition infantile était de 48% jusqu'à l'arrivée d'une ONG d'urgence qui provisoirement distribue de la nourriture aux familles, bien que la cause du problème soit le manque d'accès aux terres arables.

Le prétexte de la rupture de ladite promesse de Feronia, selon Yalifombo le comprend, c'est la construction d'une nouvelle usine à Lokumete (8 km) et la plantation de nouveaux palmiers dans le ring de Yalifombo. Les voisins croyaient que Feronia leur avait promis la construction d'une école et d'un dispensaire à partir de 2019; cependant, les dirigeants de plantations démontrent avoir d'autres priorités, raison supposée pour laquelle les résidents ont osé soulever leur protestation, croyant dans les principes démocratiques de la république, ainsi que dans les règlements internes des banques de développement européennes. Les voisins témoignent que les 5 dirigeants emprisonnés depuis septembre sont précisément ceux qui ont tenté de calmer l'intelligence collective et d'empêcher les jeunes d'être tentés de commettre une quelconque infraction légale.


"La Société utilise les services de sécurité de l'État pour arrêter arbitrairement les gens, elle tente de les intimider, même de les transférer au parquet, cela se fait fréquemment", explique pour sa part Gilbert Lohumbu, président de la société civile de Lokutu.

Il s'agit d'anéantir la plainte des communautés selon les 5 prévenus de Yalifombo
Original source: Congo au jour le jour
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment