L’accaparement des terres, l’expropriation et l’injustice foncière : Une marche avortée hier par les autorités compétentes

TWITTER
FACEBOOK

Maliweb | 6 juin 2015

L’accaparement des terres, l’expropriation et l’injustice foncière : Une marche avortée hier par les autorités compétentes

Du 2 au 4 juin, les opprimés terriens se concertaient à la Bourse du travail. Cette rencontre, organisée par la Convergence malienne contre les accaparements des terres (CMAT) devait être sanctionnée hier jeudi, par une marche pacifique afin de montrer leur ras le bol face à l'accaparement des terres, l'expropriation et l'injustice dont fait l'objet les pauvres par les autorités du pays.

Cette marche a été avortée par les autorités compétentes. Ainsi, une équipe de la police s’est présentée à la Bourse du travail, pleine à craquer par des victimes terriennes, venues de partout au Mali afin de s’entretenir avec les responsables de la CMAT. Les policiers leur ont dit, qu’ils n’ont pas été informés par le gouverneur par rapport à ladite marche. Aussitôt, les dirigeants se sont dirigés vers le gouvernorat. La marche a ainsi été empêchée.

On notait des foulards verts attachés au coup et à la tête des prétendants marcheurs.  » Respectons les droits coutumiers, stop aux spéculations foncières  » ;  » Des années sans maison, sans terre, ça suffit !  » ;  » Urbains, ruraux péris, tous contre l’injustice foncière  » ;  » Le bon droit, la bonne justice, l’égalité pour tous et partout  » ;  » Sans terre sans vie « , telles sont les informations qu’on pouvait lire sur les affiches et les pancartes.

Le réseau de plaidoyer pour la sécurisation foncière agricole (RP-S é FA Mali) à travers le point focal de l’ONG 3 AG, a participé à ses trois jours d’activités, grâce à l’appui technique et financier de l’ONG Britannique, Christian Aid.

Ce réseau entend promouvoir la sécurisation foncière des petites exploitations familiales agricoles au Mali et œuvrer pour la souveraineté alimentaire. C’est pour, atteindre ses objectifs, que le RP-S é FA Mali, a soutenu et accompagné l’initiative.

Selon un responsable de CMAT, il y a dix points de doléances qui ont été soumis sur la table du gouvernement. Les deux premiers ministres, à savoir Oumar Tatam Ly et Moussa Mara avait fait bouger le dossier. Mais, le refus catégorique de l’actuel locataire de la primature, Modibo Keïta de collaborer avec la CMAT a mis le feu au poudre.                                

Falé  COULIBALY

Original source: Maliweb
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment