Comment nourrir le « 1 % »

TWITTER
FACEBOOK
Une nouvelle vague d’investissement menace de chasser les paysans de leurs terres et porte atteinte à la souveraineté alimentaire. (Photo : Cargo Collective)

English

Depuis la crise alimentaire mondiale de 2008, une énorme vague d'investissements du secteur privé déferle sur la production alimentaire. La Banque mondiale persiste à dire que cet argent représente plus d'innovation, plus d'emplois et plus de nourriture pour une planète affamée.

Mais quand on examine les investissements du milliardaire indien Chinnakannan Sivasankaran – l'un des acteurs privés les plus actifs de la ruée générale sur les terres agricoles, une inquiétante perspective se dégage.

Le Siva Group et ses innombrables filiales sont impliqués sur près d'un million d'hectares en Amérique, en Afrique et en Asie, et leur objectif principal est d'y installer des plantations de palmiers à huile.

Mais Sivasankaran est également un accapareur de terres et un habitué de la fraude fiscale. Comme avec la majorité des investisseurs transnationaux dans le domaine agricole, ses investissements passent à travers tout un réseau de sociétés-écrans établies dans des paradis fiscaux offshore. Les entreprises dont il détient les parts sont impliquées dans des transactions foncières douteuses et des systèmes de pots-de-vin, et semblent avoir davantage pour but de remplir les poches de leurs directeurs que de produire de la nourriture.

Mais le problème le plus grave posé par l'investissement étranger en agriculture est peut-être qu'il favorise un processus de marchandisation de la terre et marginalise les communautés qui en dépendent. Partout où passent le Siva Group et ses semblables, ils obtiennent les titres de propriété de vastes parcelles de terres par n'importe quel moyen, le plus souvent sans le véritable consentement des communautés concernées. Puis ils se servent de ces terres pour obtenir l'argent et le crédit qui leur permettront de conclure encore de nouvelles transactions.

Loin d'augmenter la production alimentaire, cette nouvelle vague d'investissement menace en réalité de chasser les paysans de leurs terres et de porter atteinte à la souveraineté alimentaire.

Lire le rapport: grain.org/e/5049

Original source: GRAIN
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment