Lancement de l’Action pour la Transparence dans l’Acquisition de Terres à Grande Echelle (ALLAT)

TWITTER
FACEBOOK
Tou(te)s les participant(e)s ont approuvé le communiqué
COMMUNIQUE DE PRESSE

Lancement de l’Action pour la Transparence dans l’Acquisition de Terres à Grande Echelle (ALLAT)

Origine
La Conférence Nationale de deux jours sur les Propriétaires de Terres et Usagers des Terres affectés par les gros investissements en agriculture organisée par le Réseau sierra-léonais sur le Droit à la Nourriture (SiLNoRF) et Green Scenery qui s’est tenue les 2 et 3 avril 2012 dans la Grande Salle de l’Ecole Gardienne St. Edwards à Kingtom, Freetown est parvenue à une recommandation par les participants pour la formation d’une Coalition de la Société Civile qui servirait de contrôleur des questions foncières dans le pays.

En réponse à cette recommandation, l’ « Action pour la Transparence dans l’Acquisition de Terres à grande échelle »’ aussi connue sous le nom « ALLAT » est constituée aujourd’hui le 3 avril 2012.

Composition
ALLAT est une action conjointe initiée par Green Scenery qui comprend les organisations de la Société Civile qui s’occupent des droits humains, de la gouvernance, de l’environnement, de la recherche, du plaidoyer, du développement communautaire et de la reconstruction de la paix. L’initiative regroupe les personnes affectées par des transactions engageant de grands lopins de terres, les Organisations de la Société Civile et les experts qui suivent de près les gros investissements industriels en agriculture et ses impacts sur la population rurale.

Mandat
ALLAT est créée pour garantir un système transparent et responsable de gouvernance foncière dans le pays:

Les Propriétaires de Terres et les Usagers de Terres devraient avoir une compréhension claire des risques et avantages impliqués dans de tels projets avant qu’ils ne signent n’importe quel document. Chose décevante, cependant, il y a un manque d’information pertinente, ponctuelle et adéquate. Les délégués confirment qu’il n’y a pas de règlementations ni de procédures contraignantes adéquates pour garantir la transparence et la participation qui font aboutir à une prise de décision bien avisée. En outre, les délégués ne sont pas contents à propos du coût des terres affermées et de la compensation de ce qu’ils perdent sur leurs terres.

Dans ce contexte, nous appelons tout le monde, spécialement les responsables des politiques et les donateurs internationaux qui financent les investissements en agriculture à écouter et à répondre aux doléances et recommandations des communautés affectées et à se joindre à la campagne en garantissant un bon système de gouvernance foncière en Sierra Léone. ALLAT œuvre dans l’intérêt du pays.

Pour de plus amples informations:

Contactez: Green Scenery, 82 Soldier Street.
Tél: 076601979
Email: [email protected]
[email protected]



COMMUNIQUE ISSU DE LA CONFERENCE DES PROPRIETAIRES FONCIERS ET DES EXPLOITANTS DE TERRES

Nous les délégués en provenance de huit districts et vingt chefferies soit affectés ou sur le point d’être affectés par l’acquisition de grands lopins de terres pour l’agrobusiness en Sierra Léone réunis à la conférence des propriétaires fonciers et des exploitants de terres dans la Grande Salle de l’Ecole Gardienne Saint Edwards à Freetown du 2 au 3 avril 2012,

Reconnaissant la nécessité d’investissement en agriculture pour assurer la sécurité alimentaire et le développement durable;

Conscients de la priorité du gouvernement en agriculture, particulièrement avec la commercialisation de petites propriétés et le fait d’attirer de gros investisseurs en agriculture;

Conscients du droit et de l’accès aux terres pour appuyer l’agro-élevage, l’accès aux médicaments traditionnels, aux sources d’énergie et d’eau, des objectifs culturels et sociaux, et conscients par ailleurs de l’agro-élevage en tant que mode de vie et source de subsistance pour la majorité des Sierra Léonais;

Reconnaissant le sérieux besoin pour les femmes d’avoir un accès sécurisé et les droits aux terres et les défis de disponibilité des terres, étant donné le changement climatique et la croissance démographique, et reconnaissant en outre la nécessité de moyens durables et diversifiés de production alimentaire pour réduire la pauvreté;

Souhaitons par la présente stipuler nos sérieuses préoccupations à propos de l’acquisition de gros lopins de terres pour l’agrobusiness en Sierra Léone.

PREOCCUPATIONS MAJEURES

Nous sommes préoccupés du fait que:

• Il y a absence retentissante de consentement libre, préalable et avisé chez toutes les communautés, et il n’y a pas de transparence dans les transactions foncières;

• Les consultations sur les acquisitions de terres sont médiocres, excluant les femmes et les autres parties prenantes;

• Il n’existe pas de règlementations contraignantes ni de mécanismes de contrôle pour les gros investissements en agriculture;

• Il n’y a pas d’organisme national contrôleur chargé de suivre les transactions engageant de grands lopins de terres et les gros investissements en agro-industrie;

• Il n’y a pas de gestion écologique efficace des terres, des eaux et de la végétation dans les zones données à bail pour prévenir la destruction de ressources, de sources d’eau, d’herbes indigènes et de la faune et de la flore et de protéger les moyens de subsistance de ceux qui dépendent de ces dernières;

• La communauté comprend mal ou ne comprend pas du tout les contenus des négociations engageant les transactions sur de gros lopins de terres et les agriculteurs n’ont pas d’accès à une représentation juridique indépendante pour les aider à négocier dans leurs propres intérêts, et afin de garantir une compensation et un contenu justes dans les accords;

• les leaders traditionnels, spécialement les hauts chefs, servent de mauvais gardiens et certains empêchent les négociations directes avec les investisseurs;

• les femmes qui ont perdu leurs terres et donc leurs moyens de subsistance n’ont pas de moyens alternatifs de subsistance viables ou sûrs, et par conséquent sont les plus vulnérables;

• les investisseurs ne fournissent pas d’assistance ni d’appui pertinents aux communautés affectées.

RECOMMANDATIONS

Par conséquent, nous appelons le Gouvernement de la Sierra Léone et tous les décideurs `a tous les niveaux (international, national, des districts, des chefferies et des localités), à mettre en œuvre les recommandations suivantes:

• en l’absence de consentement libre, préalable et bien avisé au sein de toutes les communautés, nous appelons à un examen de tous les accords en rapport avec les investissements fonciers, et l’éducation de toutes les parties prenantes sur le contenu de tous les accords;

• il doit y avoir une implication totale de toutes les parties prenantes dans toutes les communautés dans toutes les consultations et négociations sur les transactions foncières, spécialement les femmes;

• un système de mécanismes de contrôle doit être mis en place, et le gouvernement devrait établir des règlementations visant à sauvegarder les populations rurales face aux acquisitions de grands lopins de terres et des plantations industrielles;

• des systèmes de gestion écologique appropriée doivent être mis en place afin de protéger les terres, l’eau et la végétation dans les régions données à bail pour prévenir la destruction de ces ressources, pour protéger les moyens de subsistance de ceux qui dépendent de ces dernières;

• il faut un appui pour aider les communautés à renforcer leurs capacités en négociation pour la compensation et le contenu des accords, et il faudrait leur fournir un conseil juridique indépendant;

• les chefs traditionnels, spécialement les hauts chefs, devraient permettre la pleine participation de leurs populations, spécialement les propriétaires et les exploitants de terres, aux processus de concertation et de négociation;

• il faut qu’il soit fourni aux femmes qui sont affectées par la perte de leurs terres cultivées et donc de leurs moyens de subsistance des moyens alternatifs sûrs et sains de gagner leurs vies;

• les investisseurs fonciers devraient fournir une assistance et un appui pertinents aux communautés affectées;

• l’investissement foncier pour l’agrobusiness devrait être conçu pour accroître la sécurité alimentaire et non pour la diminuer.
Original source: Green Scenery
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment