Kassim Dénon, PDG de l’Office du Niger : ‘’Les terres agricoles ne sont pas cédées, mais attribuées’’

TWITTER
FACEBOOK
Kassim Denon, PDG de l'Office du Niger

Le Challenger | 15/02/2011   

Les terres agricoles ne sont pas cédées à l’Office du Niger mais attribuées. Cette précision est de son Président directeur général, Kassim Dénon.

Après une communication faite le 11 février dernier devant le Conseil économique, social et culturel sur la gestion des plantes aquatiques, le Président directeur général de l’Office du Niger, Kassim Dénon, a animé une conférence de presse. C’était à la représentation de l’Office à Bamako, en présence du directeur de l’Aménagement et de la gestion du foncier et du chef de la Cellule de suivi et d’évaluation. Au menu de ces échanges : l’attribution des terres agricoles, la résiliation des attributions, les réformes entreprises pour donner du sang neuf à ce service stratégique pour notre pays.

Selon Kassim Dénon, les terres agricoles ne sont pas cédées à l’Office du Niger mais attribuées. ‘’Il n’y a pas de cession de terre à l’Office du Niger, mais des attributions.’’ A en croire le Pdg, les attributions des terres sont faites sur la base du Décret n°96-188 P/RM du 1er  juillet 1996 portant organisation de la gérance des terres affectées à l’Office du Niger et son Arrêté d’application. L’attribution des terres, dit-il, obéit  à certaines conditions. Il s’agit d’une série d’études à réaliser : études environnementales, typographiques, socio-économiques.

‘’On n’a pas cédé un 1m2 à l’Office du Niger.’’, a-t-il souligné. Selon l’espace demandé, on passe du permis d’exploitation au bail ordinaire et au bail emphytéotique. Pour les petits exploitants, l’Etat avec l’appui de ses partenaires, aménage des terres en vue d’installer les petits exploitants. L’objectif visé est de lutter contre l’insécurité alimentaire.Pour les grands exploitants, l’aménagement est à leur charge. Au préalable, ils mènent une étude de faisabilité avant de s’engager à respecter un cahier de charges. L’étude pour un hectare varie entre 80 000 et 120 000 Fcfa.

Jusqu’en 2009, la superficie totale des terres attribuées se chiffrait à 761 266 hectares. Les autorités ont fait le point des attributions de terres en bail à l’Office du Niger. Dans ce document officiel, il y a les noms des propriétaires des 700 000 ha. Conçu en 2010, le document a été actualisé en octobre 2010. S’agissant des parcelles attribuées à l’Uemoa, elles se chiffrent à 11 289 hectares. Parmi les grands privés, seul le bail de Modibo Kéïta a été signé. Ce dernier a reçu des instructions fermes pour l’aménagement de 700 ha au profit des populations locales qui subiront des préjudices de ses travaux.   Pour non respect du cahier des charges, la direction générale de l’Office a mis en œuvre une vaste opération de résiliations des attributions. Pour la première édition, qui a eu lieu en août 2010, il a été résilié 228 attributions. En janvier 2011, la 2ème édition de l’opération a concerné 57 715 attributions. La superficie totale des attributions résiliée pour non respect du cahier de charges se chiffre à 286 511 ha.  ‘’Nous pensons que nous allons continuer à le faire’’, a promis le Pdg de l’Office du Niger.

Lettre de mission
En janvier 2010, lors de la prise de fonction du Président directeur général de l’Office du Niger, le gouvernement lui avait adressé une lettre de mission avec des priorités. Il s’agissait, entre autres, pour Kassim Dénon et ses collaborateurs, d’assainir la gestion du foncier et des terres, gérer l’eau et mieux entretenir les réseaux d’irrigation, augmenter la production et la productivité agricole, améliorer la gouvernance de l’Office à travers la mise en place d’outil efficace de gestion. L’amélioration des relations avec les partenaires techniques et financiers et les organisations paysannes et les collectivités locales, à travers la création d’un climat de confiance, est une composante essentielle de la lettre.

La réorganisation de l’Office du Niger a donné naissance à de nouvelles directions. C’est ainsi que le nombre de Directions centrales est passé de 3 à 5. La création de la Direction de l’aménagement et de la gestion du foncier vise à accorder une grande importance à la question foncière et surtout à l’aménagement des espaces agricoles. La gestion de l’eau et l’entretien des infrastructures agricoles sont confiés à une direction centrale. Il s’agit, à travers la création de la Direction d’appui au monde rural, de mieux organiser les organisations paysannes mais aussi de diversifier la production avec l’intégration de l’élevage. La ‘’Direction Planification et statistique’’ répond à un souci de mieux fournir des chiffres cohérents.

Plan de communication et missions d’information
Elaboration d’un plan de communication, atelier d’information avec les élus, des missions d’information pour les Maliens de l’extérieur, des rencontres avec les universitaires et des grandes écoles…. Voilà, entre autres, les grands axes d’un programme ambitieux visant à donner une grande lisibilité aux activités de l’office.

C. Doumbia

Original source: Challenger
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment