Accaparement des terres arables : La Côte d'Ivoire menacée, selon la CIBIOV

TWITTER
FACEBOOK

Rizières en Côte d'Ivoire

FratMat (Abidjan) | 05.05.10

Par Ghislaine Atta

Un phénomène nouveau fait tout doucement son apparition, mais qui aura des conséquences sur les économies des pays du Sud et leur cohésion sociale : l’accaparement des terres arables en Afrique, par des Etats étrangers, des multinationales ou des fonds de pension. C’est pour s’élever contre cette situation qui prend de plus en plus d’ampleur dans les pays pauvres et en développement, que la Coalition ivoirienne de biovigilance (Cibiov) a animé une conférence ce mercredi 05 mai, à l’Inades Formation d’Abidjan Cocody.

Même si l’ampleur des dégâts socioéconomiques n’atteint pas encore celle des 28 Etats africains déjà durement frappés par l’accaparement des terres, il n’en demeure pas moins qu’en Côte d’ivoire, le phénomène existe. Malheureusement, a déploré son président Théodore N’dri,  l’absence quasi criante de chiffres et de preuves pour étayer leur plaidoyer est un véritable obstacle à surmonter pour la Cibiov. « Nous nous engageons à mener toutes les enquêtes nécessaires afin d’apporter aux populations des informations documentées et chiffrées », a-t-il promis.

Au moins 2,5 millions d’hectares de terres ont été achetés en Afrique par des Etats étrangers, des multinationales ou des fonds de pension, soit l’équivalent du territoire de la Belgique. C’est ce que révèle un rapport de la FAO, l’Agence de l’Onu pour l’agriculture et l’alimentation. Qui s’inquiète des violations des droits des paysans que ces accaparements de terres peuvent entraîner et s’interroge sur la participation des populations locales aux bénéfices générés. Une population qui y voit, inversement, avant tout une perspective de développement…

Ghislaine ATTA

[email protected]
Original source: FratMat
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

1 Comments


  1. Leziah Yoro D. laurent
    30 Jun 2012

    Nous, TERRE DE L'HOMME,Organisation Non Gouvernementale née le 12 Janvier 2011 en Côte d'ivoire, disposons des preuves tangibles pour affirmer que des actes qualifiés d’accaparement des terres existent bel et bien en Côte d'ivoire.Sans donner de détails dans cette réaction à chaud, nous nous tenons à votre disposition pour toutes informations complémentaires.Mais pour lever un coin de voile, nous nous bornerons à indexer au moins les cas communautés villageoises de: Tiéviessou (Région de Grand Lahou) Tchagba (région de Jacqueville) Santé ( commune de Yopougon, zones dites N'gbayaté, N'moromin, et île Bouley) Anyama-Debarcadère, Adjin (Commune de Bingerville)

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment