Header-farmlandgrab-en3
Icon-globe   Icon-fb   Icon-twitter   Icon-rss  
Home About events Gallery Publish
Subscribe
Help

Who's involved?

Archives

Languages

Special content

Bolloré perd de nouveau son procès contre Bastamag
Published: 09 Feb 2017
Posted in:  Bolloré | France | Luxembourg | SOCFIN
Comments (0) Print Email this

Basta ! | 9 février 2017
 
Bolloré perd de nouveau son procès contre Bastamag

PAR RÉDACTION

Suite à un article sur le rôle des grandes entreprises françaises dans l’accaparement des terres, le groupe Bolloré avait poursuivi notre site d’information en diffamation. Débouté de sa plainte en premier instance, Bolloré avait fait appel. Il a de nouveau été débouté par la Cour d’appel ce 9 février. Mais une seconde plainte est en cours.

L’avocat de Bolloré avait reproché à Bastamag d’avoir publié un article « insupportable » pour l’honneur de Vincent Bolloré, et d’avoir réalisé « un travail de cochon », lors de l’audience en appel du 1er décembre 2016. La Cour d’appel a, au contraire, jugé qu’il n’en était rien. Dans son délibéré, le tribunal « confirme le jugement du 14 avril 2016 » – jugement duquel Bolloré avait fait appel (lire ici) – « en ce qu’il a débouté la société Bolloré de l’ensemble de ses demandes ». La Cour prononce la « relaxe définitive » des accusés, y compris les sites et blogs poursuivis [1] pour avoir fait mention de l’article.

L’article incriminé pointait le rôle de grandes entreprises françaises dans le phénomène d’accaparement des terres en Afrique et en Asie. Il mentionnait, entre autres, les activités du groupe Bolloré, via une holding luxembourgeoise, la Socfin, dans laquelle le groupe détient de fortes participations. La Socfin possède une trentaine de filiales, dont plusieurs gèrent des plantations d’hévéas et de palmiers à huile en Afrique et en Asie. Ses pratiques font l’objet de nombreuses critiques de la part des populations locales et d’organisations internationales de défense des droits humains (lire l’article incriminé : Bolloré, Crédit agricole, Louis Dreyfus : ces groupes français, champions de l’accaparement de terres).

Pour évoquer ces pratiques, notre article se fondait sur une série de rapports d’organisations indépendantes qui ont mené des enquêtes de terrain auprès des populations concernées par ces plantations. Ces rapports avaient, lors de leur publication, été contestés par le groupe Bolloré ou la Socfin, contestations dont nous faisions part. La Cour d’appel estime à ce sujet que les « contradictions intégrées dans les rapports pouvaient justifier que les prévenus se dispensent de solliciter de [Bolloré] une réitération de ses protestations ». Enfin, concernant la prudence de l’expression, la Cour d’appel précise que les propos litigieux « ne dépassent pas les limites de la liberté d’expression ».

Le groupe Bolloré dispose d’un délai de trois jours pour se pourvoir en cassation. Bastamag fait également l’objet d’une seconde plainte en diffamation pour un court article que nous avons publié en 2014 pour rendre compte d’une rencontre, à Paris, entre le groupe Bolloré et des représentants de communautés rurales concernées par la question de l’accaparement des terres.

D’autres médias font également l’objet de poursuites de la part du groupe Bolloré : France 2 après la rediffusion d’un « Complément d’enquête » consacré à Vincent Bolloré, dans lequel il est question des activités de la Socapalm, filiale camerounaise de la Socfin ; Médiapart, visé par une plainte déposée par la Socfin et la Socapalm suite à un article évoquant l’occupation de plantations d’huile de palme par des villageois et paysans camerounais. Également visée par une plainte similaire, l’association grenobloise React, qui avait pourtant servi d’intermédiaire pour ouvrir des négociations entre le groupe Bolloré et les associations de riverains de plantations. Enfin, L’Obs, poursuivi pour un article évoquant les conditions d’attribution d’un terminal portuaire d’Abidjan (Côte d’Ivoire) au groupe Bolloré.

L’équipe de Bastamag va poursuivre son travail d’information sur les conséquences sociales et écologiques des activités des grands groupes français et internationaux.

Pour nous soutenir, n’hésitez pas à faire un don.

L’équipe de Basta !

Dessin de une : Rodho

Notes

[1] Le site Rue 89 et son directeur de publication, Pierre Haski, pour avoir cité l’article dans sa revue de presse signalant « le meilleur du web », la journaliste Dominique Martin Ferrari, qui a cité l’article dans son site « scoop it » (Options Futurs), et trois autres personnes ayant partagé l’article sur leurs blogs (Thierry Lamireau, Laurent Ménard et Guillaume Decugis)

Source: Basta !



Post a comment
Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment

Liberia: Cease governmental surveillance and harassment against human rights advocates defending land and natural resource rights. Send letter to President Sirleaf


Tell TIAA-CREF to go deforestation and land grab-free!


Who's involved?

07 Mar 2017 - Schwäbisch Hall
Congrès «Global Peasants Rights»
Smallfh_peasants-logo Spacer
14 Mar 2017 - Dar es Salaam, Hyatt Regency Dar es Salaam, The Kilimanjaro
5th Commercial Farm Africa
Smallfh_120x130 Spacer
20 Mar 2017 - Washington DC
Conférence annuelle sur la terre et la pauvreté 2017: Gouvernance responsable des terres : vers une approche pragmatique
Smallfh_end poverty Spacer
20 Mar 2017 - Washington DC
Land and Poverty Conference 2017: Responsible Land Governance—Towards an Evidence-Based Approach
Smallfh_land-conference-2017 Spacer


Languages



Archives