Afrique Centrale : Olam et Wilmar convoiteraient des terres agricoles
Published: 17 May 2012
Comments (0) Print Email this
Afrique 7 / 17/05/2012

Afrique Centrale : Olam et Wilmar convoiteraient des terres agricoles

Meyya Furaha

L’Afrique centrale attise les convoitises, la région dispose d’une immensité de terres qui offrent des opportunités assez intéressantes aux investisseurs étrangers. En effet tel est le cas du groupe agro-industriel ivoirien SIFCA, détenu par les Singapouriens Olam et Wilmar, qui seraient  prêt à débarquer en Afrique centrale pour y développer des plantations d’hévéas et de palmiers à huile. En outre ce serait le secteur rizicole qui attirerait plus ces investisseurs, car il offre des possibilités intéressantes. A l’heure actuelle l’installation de SIFCA serait quasiment bouclée, il ne resterait qu’à trouver la terre et le ou les partenaires pouvant investir dans les plantations et les usines. L’objectif de SIFCA étant de pouvoir augmenter la capacité de production de sa raffinerie en Côte d’ivoire, donc le groupe doit trouver où installer son usine de fabrication d’huile de palme. L’usine située en Côte d’ivoire est la plus importante unité d’Afrique mais faute de matières premières, elle ne tourne pas à pleine capacité.  Bien que la culture du riz ne soit pas une des filières traditionnelles du groupe, ce dernier ambitionne de devenir un des acteurs majeurs de ce secteur, et ceci passe donc par la recherche de terres en Afrique centrale. Rappelons qu’à ce jour, SIFCA produit de l’huile de palme, de l’huile de coton, du caoutchouc et du sucre en Côte d’Ivoire, au Liberia, au Nigeria et au Ghana.

Si ce projet venait à se concrétiser, ce serait une grande réussite continentale et encore une preuve que l’Afrique peut s’offrir elle-même ses opportunités. Car ce projet sera tout autant bénéfique aussi bien  à la Côte d’ivoire, qu’à l’Afrique centrale qui accueillera les plantations d’hévéas et de palmiers à huile.

----

Jean-Louis Billon : Quant au riz, « il est important que plusieurs acteurs majeurs pénètrent à grande échelle la filière »
Ecofin 15.05.2012

SIFCA s’intéresse à l’Afrique centrale et au riz

(Agence Ecofin) - Le groupe agro-industriel ivoirien SIFCA, détenu par les singapouriens Olam et Wilmar, est en train de regarder du côté de l’Afrique centrale pour y développer des plantations d’hévéas et de palmiers à huile.

Il examine également les possibilités dans la riziculture dans son propre pays, la Côte d’Ivoire, a expliqué à Reuters son patron Jean-Louis Billon en marge du Forum économique mondial sur l’Afrique vendredi dernier à Addis Abeba. Le principe serait quasiment acquis mais il resterait à trouver la terre et le ou les partenaires pour investir dans les plantations et les usines.

En terme d’huile de palme, l’objectif poursuivi par le groupe est de parvenir à alimenter sa raffinerie en Côte d’Ivoire afin de la faire tourner à pleine capacité, soit 500000 t/an, voire au-delà. C’est la plus importante unité d’Afrique mais elle ne tourne pas à pleine capacité par manque de matières premières.

Quant au riz, qui n’est pas une des filières traditionnelles du groupe, Jean-Louis Billon a rappelé que son cours international a augmenté et que la Côte d’Ivoire était importatrice. « En terme de sécurité alimentaire, il est important que plusieurs acteurs majeurs pénètrent à grande échelle la filière», a-t-il expliqué. Le gouvernement ivoirien est en train d’élaborer un programme de développement rizicole et le groupe y contribuera « probablement ».

Rappelons qu’à ce jour, Sifca produit de l’huile de palme, de l’huile de coton, du caoutchouc et du sucre en Côte d’Ivoire, au Liberia, au Nigeria et au Ghana. Un groupe qui a été durement éprouvé par la guerre en Côte d’Ivoire, son ancien président Yves Lambelin, Chelliah Pandian, directeur général de Sania, filiale du groupe, et Raoul Adeosi, assistant du président du conseil d’administration ayant été kidnappés le 4 avril puis ayant trouvé la mort durant le conflit post-électoral.
Source:Afrique 7