Header-farmlandgrab-en3
Icon-globe   Icon-fb   Icon-twitter   Icon-rss  
Home About events Gallery Publish
Subscribe
Help

Who's involved?

Archives

Languages

Special content

Du bio suisse cultivé… en Roumanie
Published: 22 Feb 2012
Posted in:  Romania | Switzerland
Comments (0) Print Email this

En Roumanie, les Hani cultivent une terre très peu travaillée ou polluée, donc idéale pour le bio. (Mihaela Carbunaru/InfoSud)
swissinfo | 22. février 2012

Du bio suisse cultivé… en Roumanie

Par Mihaela Carbunaru, Bucarest, InfoSud / swissinfo.ch

De plus en plus d’agriculteurs suisses s’installent en Roumanie, à la frontière est de l’Europe. Attirés par des prix encore dérisoires, ils achètent des domaines de plusieurs centaines d'hectares et exportent en Suisse et en Allemagne.

Les cheveux en bataille, le visage marqué par le travail au grand air, Christian Hani ramasse une motte de terre de ses champs et la respire. «Fine et sans cailloux, comme celle du jardin. C’est ce qu’il y a de mieux!», s’enthousiasme-t-il. Ce trentenaire, originaire du canton de Lucerne, a tout juste fini ses études en agronomie lorsqu’il arrive dans le village de Firiteaz, dans l’ouest de la Roumanie, en 2004.
 
Arrivé sans rien, il est aujourd’hui à la tête de 800 hectares de terres agricoles. «En Suisse, il est difficile de trouver des surfaces importantes, sans compter que les prix d’achat sont très élevés. Là-bas, tout a été déjà fait et il n’y a pas de place pour les jeunes. Alors qu’ici, en Roumanie, j’ai pu commencer mon business de zéro. Et favorisé un style de vie à la campagne, que je voulais pour l’épanouissement de mes deux enfants». Christian a fait des émules: ses parents, sa sœur et son beau-frère l’ont rejoint quelques années plus tard.

Des terres idéales pour le bio

Mais venir s'installer en Roumanie ne s’est pas fait sur un coup de tête. Ancien conseiller financier dans le domaine agricole, Theo, le père de Christian, était déjà persuadé que la Roumanie serait l’avenir de l'agriculture biologique en Europe. Depuis la chute du dictateur Ceausescu en 1989, la majorité des terres de ce pays n’ont pas été travaillées et sont aujourd'hui idéales pour cultiver du bio. Et ce n’est pas le seul avantage, selon le patriarche: «En Suisse, un hectare peut coûter jusqu'à 80’000 euros. Alors que dans l’ouest de la Roumanie, nous avons acheté nos terres entre 2000 et 3000 euros l’hectare. Malheureusement, ce pays jouit d’une mauvaise et injuste réputation à l’étranger, au détriment des immenses opportunités qu’il offre et de l’envie de travailler des Roumains».
 
Sur les 800 hectares de terrains qu'ils cultivent, les Hani produisent chaque année environ 600 tonnes de céréales. Tout est exporté vers la Suisse où la production est revendue deux fois plus cher que le prix conventionnel. Et la demande est forte. La Suisse importe 60% des récoltes bio qu’elle consomme. «Jusqu’à présent, ces produits venaient de Chine, du Canada ou des Etats-Unis. Il est donc logique que l’on essaie au maximum de les produire en Europe, commente Lukas Kelterborn, un ami de la famille Hani qui s’occupe de la distribution. En Suisse, la majorité de nos produits sont transformés en farine pour Migros et Coop.»

Les négociations de la PAC laissent entrevoir une nouvelle répartition selon laquelle les subventions devraient se diriger majoritairement vers la production de biocarburant en Europe de l'Ouest, alors qu'elles soutiendraient le développement des cultures agricoles en Europe de l'Est.
Nouvelle PAC en vue

Avec près de 15 millions d’hectares de terres agricoles, la Roumanie veut s’imposer comme le futur grenier de l’Europe. Deuxième superficie écologique du continent après la France (4 millions d’hectares), la Roumanie pourrait nourrir 80 millions de personnes, selon son président Traian Basescu, car le pays ne compte que 20 millions d’habitants. Un potentiel d’autant plus intéressant qu'en 2014, Bruxelles doublera le montant des subventions pour Bucarest, dans le cadre de la nouvelle Politique agricole commune (PAC). Les négociations laissent en effet entrevoir une répartition des aides européennes complètement différente. Les subventions devraient se diriger majoritairement vers la production de biocarburant en Europe de l'Ouest, alors qu'elles soutiendraient le développement des cultures agricoles en Europe de l'Est.
 
Pour en profiter, les investisseurs parient dès maintenant sur la Roumanie, pays membre de l'UE depuis 2007. «Notre ferme appartient à des investisseurs suisses et allemands qui ont acheté 4000 hectares de pâturages, témoigne Samuel Widmer, un éleveur suisse installé au centre du pays. En Roumanie, les opportunités pour l’élevage sont infinies. Il faut juste avoir du capital et la volonté de réussir.» L’ancienne dictature communiste ne cache d’ailleurs pas ses ambitions. Grenier de l’Europe Centrale avant la Seconde guerre mondiale, la Roumanie veut retrouver cette place prépondérante et s’imposer «comme un moteur régional pour diminuer les effets d’une future crise alimentaire», comme en est persuadé le président roumain.

Mihaela Carbunaru, Bucarest, InfoSud / swissinfo.ch
Source: swissinfo



Post a comment
Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment

Sign the petition calling on Calvin Burgess, CEO of Dominion Farms, to withdraw from community land in the Yala River area of Kenya.


Who's involved?


Languages



Archives